Défi Fondus Ubaye 2016

DÉFI des FONDUS de l'UBAYE 25 juin 2016

Les Fondus de l'Ubaye est une Confrérie qui organise chaque année une randonnée cyclotouriste fin juin au départ de Barcelonnette.
La finalité est d'atteindre le sommet de 4, 5 ou 7 cols pendant une durée de 24h.
Cette manifestation a pour mission principale de collecter des fonds au profit de la lutte contre la mucoviscidose tout en permettant à de nombreux concurrent(e)s de se mesurer aux ascensions environnantes.
Le cycliste devient "membre" en atteignant le sommet des 4 cols suivants : col de Vars, col (ou montée) Sainte Anne, col de la Bonette (jusqu'à la cime), col de la Cayolle.
Le cycliste devient "maitre" s'il grimpe en plus le col d'Allos et enfin "grand maitre" s'il y ajoute les montées de Pra Loup et du Super Sauze.

logo dfu

banniere dfu1tab deniv
deniv

 Profil du Défi des Fondus de l'Ubaye sur le parcours 5 cols

Barcelo Chapeau gendarme

Centre ville Barcelonnette

Chapeau de Gendarme et Pain de Sucre au-dessus de Barcelonnette

Le départ a lieu à 5h30 du matin à partir du centre de Barcelonnette. La tension face à l'effort est palpable chez beaucoup de participants. Je ne fais pas exception à la règle car c'est, comme pour certains, la première fois que je participe à une épreuve aussi longue hormis 3 BRA. (Brevet Randonneur Alpin)
Par respect pour Wilfrid, atteint de la mucoviscidose, nous roulons pendant quelques km derrière lui avant de libérer le surplus d'énergie de chacun...
Ensuite comme dans les cyclosportives, l'imposant peloton atteint rapidement la vitesse de 40 km/h. On se retrouve quelques uns en queue de ce peloton sachant que de toute façon, on n'a pas les moyens physiques pour jouer devant !
La longue transition entre Jausiers et St Paul sur Ubaye se fait dans l'ombre et une grande fraicheur.
Après 30 km et environ 2h de route, nous arrivons au sommet du col de Vars, premier des 7 cols où la température avoisine les 10°C.
Dans la montée, à plusieurs km du sommet, nous croisons plusieurs cyclistes qui redescendent déjà avec plusieurs minutes d'avance sur nous...
A ce premier pointage,l'accueil de l'organisation est très chaleureuse comme elle le sera tout au long du WE.

DFU 2016 1

Il en manque un... Habitué(e)s du CCG, cherchez lequel ?

Vars1

Vars

Vars2

La descente du col de Vars se fait sans vitesse excessive car le froid est bien présent surtout dans les parties à l'ombre. Finalement, nous constatons que nous ne sommes pas les derniers puisque nous croisons encore des cyclos dans la montée.
De retour à la Condamine-Châtelard, il faut se diriger sur la droite en direction de la station de Sainte Anne et du col du Parpaillon (col qui devient muletier à partir des Pras).
Cette montée, qui n'est pas un col, se révèle être la plus courte mais la plus difficile de la journée avec de forts pourcentages par endroits (6,4 km à 8.5 % de moyenne).
Toujours sur la réserve, cette montée se fait de manière tranquille sachant qu'au sommet, il y aura moins de 1400m de D+ au compteur !
Comme lors de la montée du col de Vars, nous croisons des participant(e)s qui descendent, mais les écarts se creusent !
Après le pointage traditionnel au sommet, nous redescendons vers le ravitaillement de Jausiers.
A partir de là, c'est le gros morceau de la journée qui nous attend... La Cime de la Bonette qui culmine à 2802 m !

panneau departvlo Jausiers

 Informations peu encourageantes au pied de la Bonette

Vélo peu approprié pour monter à la cime !

Nous nous regroupons à une dizaine de membres de notre club, le Cyclo Club de Gières, sur le ravitaillement de Jausiers.
Mais dès les premières rampes de la Bonette, le rythme de chacun désagrège le groupe.
Personnellement, je reste sur ma défensive habituelle consistant à ne pas faire l'effort de trop pour aller le plus loin possible dans une moindre souffrance...
Même si contrairement au panneau ci-dessus, la montée ne fait qu'environ 23 km pour 1600m de D+ jusqu'au sommet de la cime, c'est la grosse difficulté de la journée qui se dresse devant nous. 
Il est 10h30 et la chaleur commence à se faire sentir. Les 5 premiers km se font sur une pente assez douce de 5 à 6% jusqu'à La Chalanette. Ensuite, la pente s'accentue quelque peu sans jamais dépasser les 9%.
C'est une ascension à faire au train en comptant laborieusement les km dans un décor qui devient de plus en plus grandiose.

virages Bonette 2 virages Bonette 3

 La pente est soutenue mais assez régulière

Les km s'égrènent lentement et nous commençons à voir les plus hautes cimes avec quelques passages aux alentours des 5% pour se refaire un peu la santé vers le Lac des Eissaupres (alt. 2322m). Avant d'arriver aux Casernes de Restefond, la pente se redresse de nouveau avant un vrai passage facile peu avant de franchir le col de la Bonette (2715m)
Il me faudra 2h20mn pour arriver au sommet de la Cime de la Bonette à 2802m d'altitude avec 500 derniers mètres très difficiles.
Certain(e)s, moins entrainé(e)s, mais non moins vaillant(e)s effectuent uniquement cette grimpée (ou celle du col d'Allos) mais participent tout autant à maintenir le bon esprit de groupe de cette journée.
L’épouvantail étant derrière nous, il reste à assurer la descente car la fatigue et le vent violent ne facilitent pas les premiers km du retour sur la vallée.
Arrivés à l'entrée de Jausiers, nous croisons Wilfrid qui fait preuve d'un immense courage en attaquant la montée de cette fameuse cime, synonyme pour lui d'une bien plus grande souffrance que celle que nous venons de connaitre.
Il nous faut encore rejoindre Barcelonnette avec un fort vent contraire. J'avoue avoir alors largement profité de l'abri de mes coéquipiers du moment.

DFU 2016 3
Route cime Bonette Cime Bonette Col de la Bonette

Dernière rampe avant le sommet de la cime de la Bonette

Plaquette inaugurale de la construction de la route

Col de la Bonette (2715m) vu de la table d'orientation

Un repas nous attend à notre point de départ du matin servi par l'organisation qui se met en quatre pour nous satisfaire le mieux possible !
Il est déjà 12h30... Nous nous attardons une heure sur place, ce qui est surement un peu long. Le redémarrage sous la chaleur n'est pas évident mais l'entame du col de la Cayolle est assez facile avec des pentes de 3 à 5% sur les 20 premiers km. A partir de l'altitude 1783m, la difficulté sera plus conséquente avec des pourcentages oscillants entre 6 et 7%.
Cette différence de pourcentage peut paraitre faible, mais la fatigue et la lassitude semblent accentuer cette petite différence !
Voilà enfin le sommet que j'atteins après une bonne fringale à 2 km du sommet, faute à une erreur d'alimentation lors du repas du midi.
Mon rêve secret devient réalité au sommet de ce col, à savoir faire le DFU avec 4 cols au minimum !

Route av sommet CayolleSommet Cayolle

Refuge de la Cayolle avant le dernier km du col

Le CCG bien représenté au sommet de la Cayolle

La descente n'est pas des plus aisées car bien que la pente soit moyenne, la route n'est pas en parfait état avec de nombreux passages étroits. Il est préférable de bien appréhender ces rétrécissements car les croisements avec des véhicules montants ne sont pas rares en cette période de l'année.
Arrivés à Uvernet-Fours, nous nous regroupons une dernière fois au ravitaillement.
La décision est prise de continuer vers le 5ème col, à savoir celui d'Allos, c'est-à-dire 16 km pour plus de 1000m de D+ !
La tête n'est plus trop au vélo, mais une fois embarqué dans le groupe, il faut aller jusqu'au bout...
C'est mentalement que s'effectue cette dernière montée, l’œil rivé sur le compteur, égrainant km et pourcentage de la pente. Ça me parait long, même très long d'autant plus que le groupe a explosé, chacun montant à son rythme.
Au bout d'1h30 d'effort, le sommet est en vue... 13°C avec un petit vent...
Je ne m'attarde que très peu de temps au sommet et je plonge directement seul vers Barcelonnette, bien décidé à en finir avec cette longue journée.
Il est 19h22 quand je pointe au poste de chronométrage... 13h45 se sont écoulées depuis le départ du matin et j'ai roulé pendant 11h53 pour effectuer 211 km et grimpé 5200m de D+. (infos GPS Garmin 1000)

Allos1Allos

Col d'Allos... Pas le plus dur, mais surement celui qui fait mal en fin de journée !

Philippe, mon compagnon du jour, tentera bien de me motiver pour aller chercher les 2 dernières montées de la journée au programme, à savoir la montée de Pra Loup (rendue célèbre par B. Thévenet en 1975 lorsqu'il battit E. Merckx) et enfin celle du Super Sauze.
Devant mon refus, il aura le courage de gravir seul ces deux ultimes obstacles et devenir ainsi Grand Maitre du DFU ! Bravo à lui...
D'autres, comme Stéphane et Guy feront les 7 cols en terminant le périple aux alentours de 19h00.
Le dernier de notre groupe finira à plus de 23h00, avec une dose de courage hors du commun.
Au total, 7 deviendront "Grand Maitre" (7 cols gravis), 7 deviendront "Maitre" (5 cols gravis), 4 deviendront "Membre" (4 cols gravis).

DFU 2016 4DFU 2016 24

Stéphane et Guy, nos 2 cadors du jour

Victoire du Cyclo Club de Gières au nombre de participant(e)s

Cols franchis

Altitude arrivée

Col de Vars

2108 m

Montée Sainte Anne

1830 m

Cime de la Bonette

2802 m

Col de la Cayolle

 2327 m

Col d'Allos

2247 m

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir